5 réflexes à avoir en conduite sous la pluie

Les conditions météorologiques incitent les usagers à modifier leur conduite. Si vous êtes conducteur de véhicule, vous avez certainement déjà été amené à rouler sous la pluie. En de pareilles circonstances, ce n’est pas toujours facile de garder la maîtrise. Voici en détail les réflexes que vous devez avoir lorsque vous conduisez sous la pluie.

Respecter rigoureusement les limitations de vitesse

Le respect de la limitation de vitesse est la règle basique de la conduite sous la pluie. Dans toute auto école nouvelle génération, elle est enseignée aux apprentis conducteurs. Malheureusement, certains automobilistes ne se rendent compte que trop tard de l’impact d’un excès de vitesse sur leur conduite. Sous la pluie, les limitations de vitesse sont ajustées :

A lire aussi : Entretenir et assurer une voiture: quel coût ?

  • 80 km/h plutôt que 90 km/h sur les routes nationales
  • 100 km/h sur voie rapide plutôt que 110 km/h
  • 110 km/h sur autoroute à la place des 130 km/h.

Pour finir, il est important de préciser qu’en cas de forte averse, la visibilité diminue grandement. De l’autre côté, les distances de freinage se trouvent multipliées par 4.

Allumer les phares

En cas de forte averse, les phares constituent de véritables alliés. Vous aurez précisément besoin de recourir aux feux de position et, éventuellement, aux feux de croisement. En dehors des agglomérations et en cas de forte averse, les feux antibrouillards sont tolérés. En revanche, ceux situés à l’arrière ne doivent être utilisés qu’en cas de brouillard au risque d’éblouir les voitures qui vous suivent. En cas d’usage abusif, l’automobiliste risque une amende de 90 €.

Lire également : Comment optimiser le suivi de flotte ?

Si vous n’avez aucune notion en conduite et que vous désirez apprendre à conduire, vous pouvez opter pour une formation longue distance. Bien que les cours se déroulent à distance, vous en saurez davantage sur les différents risques d’amende et comment les contourner.

Adopter une conduite simple

L’aquaplaning est un phénomène qui se traduit par l’incapacité du pneu à évacuer l’eau sur la route. Tout titulaire du permis catégorie B le sait. Le pneu se met brusquement à glisser comme un coussin d’eau au point de vous faire perdre le contrôle. Pour pallier ce problème, il est recommandé d’adopter une conduite souple. Pour ce faire, vous aurez notamment à :

  • Anticiper chaque manœuvre,
  • Réduire votre vitesse sans freiner brusquement,
  • Éviter les conduites dans les flaques d’eau,
  • Maintenir votre direction en tenant fermement le volant.

Il faut également ralentir à l’approche des zones où l’eau stagne et vous assurer d’avoir des pneus en bon état. En effet, lorsqu’il est défectueux, le pneu évacue 5 fois moins d’eau qu’un pneu neuf. Évaluez toujours l’épaisseur de la gomme et changez tout pneu dont la profondeur des sculptures s’approche de 1,6 mm. Veillez également à gonfler ces équipements à leur juste pression.

Enfin, pour limiter les risques de glissade, évitez au maximum les freinages brusques et les coups de volant brutaux. Il vous sera plus avantageux d’adopter une conduite souple et d’utiliser dans la mesure du possible le frein moteur.

Recourir à la climatisation contre la bouée

En cas de forte pluie, il n’est pas rare d’assister à une formation de buée qui diminue considérablement la visibilité. La climatisation s’avère donc utile pour désembuer rapidement les vitres. En l’allumant systématiquement, elle refroidit l’air et fait chuter le taux d’humidité.

Par ailleurs, certaines voitures donnent la possibilité de coupler climatisation avec le chauffage. Pour vous assurer que c’est le cas de votre véhicule, vérifiez si le bouton « A/C » est enclenché.

Parfois, il peut arriver que la buée soit toujours présente malgré l’activation de la climatisation. Dans ce cas, forcez son démarrage en diminuant la température au minimum. C’est uniquement à cette condition qu’elle se mettra en marche pour chasser la buée. Cela peut même désembuer en cas d’orage tropical (35 °C, 100 % d’humidité).

Vérifier l’état des essuie-glaces

Généralement, toutes les voitures disposent au minimum de trois vitesses d’essuyage. Il s’agit notamment des modes intermittents, normal et rapide. En cas de fortes pluies, la vitesse rapide s’impose à condition que les balais soient en bon état. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous devez vérifier l’usure de vos essuie-glaces.

Pour vous assurer de l’efficacité de vos essuie-glaces ou de vos balais, il suffit d’étudier la pastille située juste au-dessus. Elle affiche une couleur verte lorsque les balais sont en bon état et vire à l’orange pour signaler leur usure. Plus vous les actionnez, plus vous remarquerez qu’ils deviennent bruyants. C’est un signe qu’il est grand temps de les changer.

Voilà, vous savez tout maintenant sur les réflexes à avoir en conduite sous la pluie. Retenez simplement que pour rouler en toute sécurité, il faut une conduite adaptée et un véhicule en bon état.

vous pourriez aussi aimer