Rénovation énergétique et MaPrimeRénov’ 2023 : les changements

L’Etat encourage et accompagne les ménages dans leur démarche de rénovation énergétique. Passer d’un logement de classe G à un logement de classe D ou C nécessite des travaux d’envergure. Les primes accordées par l’Anah ont connu un changement depuis le mois de janvier 2023.

Rénovation énergétique : un projet encouragé

Pour atteindre les meilleures performances énergétiques, un logement doit faire l’objet d’une rénovation énergétique à part entière. Un projet de rénovation énergétique est un projet d’envergure. Les travaux à faire concernent 4 axes principaux : l’isolation, le chauffage, la régulation du chauffage et la ventilation de l’habitation. Le coût d’une rénovation énergétique constitue souvent son principal frein.

Lire également : Quand faut-il réaliser un diagnostic plomb dans l'immobilier ?

Toutefois, selon l’éligibilité de votre projet, vous pouvez profiter d’un certain nombre d’aides financières de l’Etat, comme MaPrimeRénov’, chèque énergie ou encore PTZ. A noter que les primes ne sont pas les mêmes selon que vous optiez pour une rénovation énergétique globale, un remplacement de votre système de chauffage seul ou une amélioration de l’isolation de votre habitation.

2023 : l’année de la chasse aux passoires thermiques

Pourquoi devriez-vous déjà être en train de discuter prix avec un chauffagiste pro, un maçon professionnel ou une entreprise spécialisée dans la rénovation ? Si le nouveau DPE ou diagnostic de performance énergétique est entré en vigueur en 2021, sachez que depuis le 1 janvier 2023, il est désormais interdit de mettre en location les logements “G+”. Il s’agit de ces logements qui consomment plus de 450 kWh par m2 par an.

A découvrir également : Pourquoi investir en Imnp ?

Au mois d’avril de cette année, les habitations classées G et F feront l’objet d’un audit énergétique. Respectivement, ces logements seront interdits à la location dès 2025 et 2028. Les bailleurs et propriétaires occupants de logements classés E ont jusqu’à 2034 avant de subir la même interdiction. Il est plus que temps de penser à faire appel à un chauffagiste professionnel, un architecte ou tout autre professionnel que Mon Accompagnateur Rénov’ peut vous suggérer dépendamment de votre projet.

MaPrimeRénov’ revue à la hausse en 2023

Le moins que l’on puisse dire est que le gouvernement veut voir le plus de passoires thermiques gravir les échelons du DPE. Peut-être que votre maison devrait faire partie des 800 000 rénovations par an visées par l’Etat. Notez qu’il est possible pour un logement de gagner plus d’un échelon en améliorant son chauffage, sa ventilation et son isolation. Mais la rénovation énergétique peut coûter cher, voire très cher.

Bonne nouvelle pour ceux et celles qui ont comme projet de faire une rénovation énergétique globale. Le forfait rénovation globale de MaPrimeRénov’ sera de 10 000 euros pour les ménages aux ressources modestes dès le mois de février 2023 s’il était de 7 000 euros auparavant. Pour les ménages aux ressources moins modestes, l’enveloppe passe de 3500 à 5000 euros. Pour les copropriétaires, au lieu de 15 000 euros, le plafond passe à 25 000 euros également.

MaPrimeRénov’ 2023 et le chauffage

Si vous voulez trouver un bon chauffagiste pour remplacer votre système de chauffage, il est plus que temps d’effectuer vos recherches sur Travaux.com. Les forfaits pour le remplacement d’une chaudière à fioul ou à gaz faisaient l’objet d’un bonus de 1000 euros depuis le mois d’avril 2022. Notez que cet avantage ne sera plus d’actualité à compter du 31 mars 2023. Pour en profiter, il est grand temps d’engager le chauffagiste agréé pour vos travaux.

Sachez également que désormais, comme système de chauffage, vous ne devriez plus opter pour la chaudière à gaz si vous voulez bénéficier des aides de l’Anah. La suppression de ces aides concerne même les chaudières à gaz à haute performance. En somme, à partir du 1er avril, l’installation de chauffage fonctionnant aux énergies fossiles ne fera plus l’objet d’aides financières de l’Etat. Vous prévoyez de contacter un chauffagiste pour l’installation d’une poêle à granulés ?

Notez que la prime pour l’installation d’une poêle à granulés sera diminuée de 500 euros à partir du 1er février 2023. Un ménage très modeste n’aura plus droit qu’à 2 500 euros de prime, ce sera 2 000 euros pour un ménage modeste. La prime pour l’installation d’une VMC connaît également une baisse. En somme, ce sont surtout les grands travaux de rénovation énergétique qui peuvent profiter des aides les plus importantes.

vous pourriez aussi aimer