Les différents traitements du cancer du poumon

Le cancer du poumon touche environ 50.000 personnes chaque année en France. La proportion homme femme reste globalement inchangée avec 2/3 des malades hommes contre 1/3 femmes. Les différents types de cancers du poumon ont des prises en charge thérapeutique différentes en fonction de leur type. Nous vous les détaillons dans cet article.

Tumeurs carcinoïdes

Les tumeurs carcinoïdes sont le type le plus rare de cancer du poumon, représentant seulement cinq pour cent de tous les cancers du poumon. Ce type de cancer du poumon est causé par un système immunitaire hyperactif qui attaque le tissu pulmonaire, bien que les médecins ne sachent pas encore exactement pourquoi. La bonne nouvelle, c’est que ce type de cancer est aussi l’un des plus faciles à traiter, car les médecins ont découvert plusieurs thérapies très efficaces. L’une d’entre elles est un type d’immunothérapie connu sous le nom de thérapie anti-cytokine. Dans cette méthode, les médecins utilisent des anticorps pour bloquer certaines « cytokines » qui peuvent encourager une réponse immunitaire excessive chez les patients. Le blocage de ces cytokines peut empêcher le système immunitaire d’attaquer les cellules tumorales et contribuer à améliorer la fonction pulmonaire. L’immunothérapie est un nouveau traitement prometteur pour le cancer du poumon, mais elle est encore assez récente et n’a pas encore été approuvée par la FDA. La recherche dans ce domaine est en cours, et vous voudrez peut-être discuter avec votre médecin des options d’immunothérapie qui sont actuellement les plus efficaces.

A lire également : BTP : comment protéger son dos ?

Cancer du poumon à petites cellules

Le cancer du poumon à petites cellules représente un peu moins d’un tiers de tous les cas de cancer du poumon et sa croissance est souvent trop lente pour provoquer des symptômes avant un stade avancé de la maladie. Les personnes atteintes de ce type de cancer du poumon présentent souvent des symptômes associés au poumon, comme une toux persistante et des douleurs thoraciques. Environ la moitié des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules sont diagnostiqués à un stade précoce, ce qui signifie que leur cancer est suffisamment petit pour que le traitement soit efficace. Les personnes à un stade précoce, qui sont encore capables de gérer leur maladie, peuvent souvent choisir la chimiothérapie pour réduire leurs tumeurs et améliorer leur fonction pulmonaire. Certains patients atteints d’un cancer du poumon peuvent choisir d’éviter la chimiothérapie et de rechercher une méthode alternative pour améliorer leur fonction pulmonaire avant de subir une intervention chirurgicale. Cette méthode, connue sous le nom de thérapie intra-thoracique hyperthermique (HIT), utilise la thérapie par la chaleur pour stimuler les nerfs et le flux sanguin vers les poumons. Elle peut aider les personnes atteintes d’un cancer du poumon à petites cellules à améliorer leur fonction pulmonaire et leur qualité de vie avant une intervention chirurgicale.

Cancer du poumon non à petites cellules

Le cancer du poumon non à petites cellules représente un peu plus de la moitié de tous les cas de cancer du poumon. Bien que les cellules cancéreuses de ce type de cancer du poumon ressemblent exactement à celles du cancer du poumon à petites cellules, elles sont plus susceptibles de se développer et de se propager si elles ne sont pas traitées. En outre, le cancer du poumon non à petites cellules est généralement diagnostiqué à un stade plus avancé. Ce type de cancer est également lié à un risque plus élevé de décès lié au cancer du poumon. Plusieurs options de traitement sont disponibles pour les personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules. L’une des plus courantes est la chirurgie, qui permet d’enlever la majeure partie du tissu cancéreux. Certaines personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules subiront également une radiothérapie pour tuer les cellules cancéreuses restantes. Si ces traitements ne sont pas efficaces, les médecins peuvent également recommander une chimiothérapie ou une immunothérapie. Malheureusement, les personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules sont plus susceptibles d’éprouver des effets secondaires importants à la suite de ces traitements.

A lire en complément : Être en bonne santé toute l’année : conseils et astuces !

Radiothérapie

La radiothérapie utilise des rayons à haute énergie pour tuer les cellules cancéreuses. Ce traitement est souvent utilisé en conjonction avec la chirurgie pour le cancer du poumon non à petites cellules, où il peut renforcer l’efficacité de la chirurgie pour enlever la tumeur. La radiothérapie peut également être utilisée pour traiter le cancer du poumon en tant que traitement autonome. Dans ce cas, les médecins utilisent une substance radioactive pour tuer les cellules cancéreuses dans les poumons, sans que le traitement n’endommage les cellules saines. Il s’agit d’une option thérapeutique relativement nouvelle pour le cancer du poumon, et de nombreuses études sont encore en cours pour trouver la meilleure dose, le meilleur calendrier et le meilleur type de radiothérapie pour améliorer la fonction pulmonaire après la chirurgie. La radiothérapie s’est avérée efficace pour réduire les symptômes du cancer du poumon, mais elle n’entraîne généralement pas d’amélioration significative de la fonction pulmonaire.

Chimiothérapie

La chimiothérapie utilise une variété de médicaments pour tuer les cellules cancéreuses. Ce traitement est souvent utilisé avec la radiothérapie après une chirurgie ou dans d’autres cas où la radiothérapie n’est pas efficace. Malheureusement, la chimiothérapie est rarement utilisée pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules ou le cancer du poumon à petites cellules, car ces types de cancers sont moins susceptibles de répondre à la chimiothérapie. La chimiothérapie peut également aider certaines personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules à améliorer leur fonction pulmonaire après la chirurgie. Cela est particulièrement vrai si la chimiothérapie stimule les nerfs des poumons pour améliorer la respiration. De nombreuses personnes choisissent plutôt de recourir à une méthode alternative pour améliorer la fonction pulmonaire.

Immunothérapie

L’immunothérapie utilise le système immunitaire de l’organisme pour attaquer les cellules cancéreuses. Ce traitement est souvent utilisé dans les cas de cancer du poumon non à petites cellules qui ne répondent pas bien à la chimiothérapie ou à la radiothérapie. Les chercheurs étudient actuellement l’immunothérapie comme traitement potentiel du cancer du poumon. Une étude, par exemple, a révélé que certains médicaments d’immunothérapie pouvaient aider certains patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules à vivre plus longtemps après une intervention chirurgicale. Une étude, par exemple, a révélé que certains médicaments d’immunothérapie pourraient aider certains patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules à vivre plus longtemps après une opération.

En résumé ce que l’on doit retenir sur les traitements du cancer du poumon

Il existe de nombreux types de cancer du poumon, chacun ayant un pronostic et des traitements différents. Pour les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules, les sous-types les plus courants sont le cancer du poumon à petites cellules et le cancer du poumon non à petites cellules. Le cancer du poumon non à petites cellules tend à être le type de cancer du poumon le plus mortel, tandis que le cancer du poumon à petites cellules est le moins fréquent. Les symptômes du cancer du poumon comprennent une toux persistante, des douleurs thoraciques et des difficultés à respirer. Si vous présentez ces symptômes, il est recommandé de consulter votre médecin. Plusieurs traitements sont disponibles, en fonction du type de cancer du poumon et du stade de la maladie.

vous pourriez aussi aimer