Sept conseils pour vivre son deuil

3

Chacun vit son deuil différemment. Dans tous les cas, vous devez vous assurer que le vôtre se déroule correctement, sans conséquences émotionnelles et physiques importantes. Vous devez également vous assurer que c’est le cas pour les autres membres de la famille qui dépendent de vous. Pour vous aider à faire votre deuil correctement, nous allons vous donner une liste de conseils.

Pourquoi est-il important de surmonter le deuil ?

Le deuil commence au moment où on apprend le décès de l’être cher jusqu’au jour où on l’accepte et on réussit à vivre avec. Chaque personne vit cette période à sa manière. Certaines y arrivent en un temps très court et d’autres restent bloquées dans l’une des différentes étapes du deuil. Et pourtant, il est important de guérir, le plus rapidement possible.

A découvrir également : Comment occuper les enfants quand il pleut ?

En effet, le deuil est souvent caractérisé par une blessure émotionnelle, qui n’est pas sans conséquence. L’anxiété, la peur, la colère ou la culpabilité ne sont que des exemples des mauvaises émotions qui peuvent vous envahir pendant le deuil. Mais en plus, ces derniers peuvent avoir des conséquences sur la personnalité ou sur la santé physique ou mentale. Les insomnies ou le stress, les problèmes de tensions ou les déséquilibres hormonaux peuvent en être les conséquences.

Ne pas fuir et y faire face, c’est ainsi qu’il faut vivre le deuil. Participer activement aux obsèques par exemple peut vous guérir très vite de votre tristesse. Vous pouvez aussi faire confectionner une plaque mortuaire sur https://plaquedeces.fr/ pour alléger votre cœur lourd de ce que vous souhaitez exprimer.

Lire également : Visiophone BambooView : une conception éco-responsable

Sept conseils pour vivre le deuil

Afin de guérir rapidement, voici une liste de conseils que vous pouvez observer.

Chaque personne est unique

Le deuil est vécu et subi différemment chez chaque individu. Les expériences, les personnalités et même la santé physique font que deux personnes ne vivent pas le deuil de la même manière. Ce qui signifie que si l’une a réussi à se remettre très vite, l’autre n’en fera pas forcément autant. Ce qui signifie aussi que ce qui a finalement guéri l’un ne va pas forcément avoir des effets positifs chez l’autre.

Le deuil est personnel

Savoir s’exprimer et partager ses émotions est important lors du deuil. Cependant, ce n’est pas pour autant qu’on puisse partager notre deuil. Nos amis, nos proches, voire un psy peuvent nous donner des conseils et des avis par exemple. Mais au final, c’est à nous de nous assurer de leur efficacité sur nous-mêmes.

Ne pas minimiser les sentiments et les émotions

Ce n’est pas parce qu’une personne ne fond pas en larme après un décès d’un être cher, qu’elle soit forte et qu’elle n’a pas besoin d’assistance. Au contraire, méfiez-vous des émotions négatives qui rongent intérieurement. Attention par exemple aux différentes formes de déni qui arrivent souvent lors d’un décès. Ils peuvent être à l’origine de stress, d’anxiété ainsi que de mal-être physique et émotionnel.

Le temps, un excellent guérisseur

Lorsque les émotions négatives liées au deuil ne sont pas à l’origine de conséquences plus graves, vous pouvez vous dire que votre état va forcément s’améliorer. Le temps est en effet un excellent guérisseur. Attention, ne pas penser aussi souvent à un être cher décédé ne signifie pas non plus l’oublier.

Votre mal peut ne pas provenir de votre deuil

Les sentiments et les émotions négatives peuvent ne pas être les conséquences directes du décès. Il est aussi possible, par exemple, que cette nouvelle tristesse ne soit que l’élément déclencheur d’un mal plus profond. Dans cette situation, il peut être nécessaire de consulter un thérapeute. En effet, ce mal a besoin d’être identifié dans les meilleurs délais.

Les circonstances de la mort peuvent avoir des répercussions sur le deuil

Perdre une mamie de 90 ans d’un mort naturel n’aura pas les mêmes effets que de perdre un adolescent par accident. Pour le premier, on peut même se dire qu’on a été préparé. Le deuil est ainsi plus facile à vivre. Au contraire, le second cas peut causer des blessures plus profondes qui méritent plus d’attention.

Accompagnez le deuil des enfants

Durant les jours qui suivent le décès et bien plus tard, il faut surveiller les enfants, leurs ressentis et leur état de santé émotionnelle. Certains d’entre eux peuvent ne pas avoir l’habitude de s’exprimer face à de telles expériences. Certains peuvent avoir des questions qu’ils n’osent pas poser. Si les maux ressentis par les enfants suite à un décès ne sont pas guéris correctement, ils peuvent avoir des conséquences émotionnelles ou physiques bien plus graves, plus tard.

vous pourriez aussi aimer