Bienvenue sur le site officiel de la ville de Veynes

L’origine du Plan d’eau des Iscles

Il y a trenten naissait le plan d'eau des Iscles à Veynes

Le 19 décembre, la mise en eau du «Plan d’eau des Iscles» a lieu. La cote maximale est atteinte le 26 mars 1984. L’étanchéité artificielle est parfaite, au grand soulagement des élus porteurs du projet.

C’est en 1971 que tout commence. Lors d’une réunion municipale Albert Pons, Adjoint au Maire, lance l’idée de créer un étang dans les «Iscles» du Buëch : «Creusons le sol pour mettre la nappe phréatique à jour, nous aurons alors une pièce d’eau limpide dans un site unique».

L’idée fait son chemin, les premiers sondages sont réalisés en 1972. C’est alors Monsieur Coulet, ingénieur au Canal de Gap qui prend en charge le dossier. Un avant-projet sommaire sur les terrains situés entre la RN 994, le Buëch, la commune d’Oze et le Rif de Saint Marcellin est présenté aux élus. La municipalité contacte alors les propriétaires voisins pour une acquisition éventuelle. La famille Pelloux y est favorable et propose une cession de 5 ha.

Le dossier ressort ensuite en 1977 et le nouveau conseil municipal d’Émile Meurier charge les services de la DDE (Direction Départementale de l’Équipement) de conduire de nouvelles études. Le niveau de la nappe phréatique est surveillé chaque semaine par l’équipe Philippe Cruveille, Joseph Gontard et Robert Leautier. La question reste posée de l’utilisation de cette nappe sous-jacente.

En 1983, la municipalité Daniel Chevallier relance le projet, soucieux de le mener à bien. Le cabinet d’architectes Albert-Bonneuil en est officiellement chargé accompagné d’un service d’hydrogéologie qui ouvre une autre possibilité avec un captage des résurgences du Fontenil. La municipalité d’alors, opte pour cette proposition sans avoir toutes les garanties.

Le plan d’eau occupera 5,5 hectares d’eau pour une profondeurs maximale de 3,50 mètres, 3 autres hectares étant dévolus à une aire de jeux et de loisirs. Le député-maire obtient le financement requis soit 5 millions de francs (   euros).

L’appel d’offres est lancé durant l’été 1983. L’association d’entreprises retenue (Para, Moretti, Dupre-Prola, George) commence les travaux le 15 octobre de la même année. Le 19 décembre, la mise en eau du «plan d’eau des Iscles» a lieu. La cote maximale est atteinte le 26 mars 1984. L’étanchéité artificielle est parfaite, au grand soulagement des élus porteurs du projet.

Des poissons sont lâchés (carpes pour l’essentiel) permettant rapidement la pratique de la pêche. D’autres variétés seront introduites par la suite (truites, ablettes, perches….).

Le plan d’eau sera inauguré officiellement le 21 juillet 1985. Rémy Pautrat Préfet
de l’époque et Marcel Lesbros Président du Conseil Général seront les premiers à se jeter à l’eau et en apprécier sa qualité. La presse écrira «Daniel Chevallier peut être fier. C’est là une magnifique réalisation alliant les plaisirs nautiques et ceux des loisirs». La demande devait être forte puisque certains week-ends accueilleront alors jusqu’à 2 000 personnes. Le site sera ensuite enrichi de pédalos, de jeux d’enfants, d’un mini golf, d’un toboggan de 40 m. On peut bien sûr pratiquer la baignade et boire un verre ou déguster une grillade au snack-bar, créé sur le site même du plan d’eau.

Celui-ci évoluera ensuite pour devenir un véritable restaurant, hélas trop exigu aujourd’hui pour accueillir une clientèle devenue plus nombreuse, l’été notamment.

Une association de gestion sera alors mise en place sous la responsabilité d’Émile Marin et de Louis Massot, Adjoints au Maire. Les pêcheurs du plan d’eau, eux aussi, se regrouperont pour faire vivre leur passion.

Trente ans plus tard, cette réalisation exemplaire, pièce maîtresse du tourisme local et intercommunal, se porte toujours bien et mérite toute l’attention des financeurs potentiels et des différends élus concernés par leur territoire.

Top